Oscilloscope bizarre

Accueil Objet à identifier KESAKO -Elliot-Fisher KESAKO - tendeur KESAKO: oscillateur TRC-1 KESAKO: signal lumineux Moniteur EL5793 KESAKO: avion renifleur ? KESAKO : bande mince Centrifugeuse à nacelle Dureté - Brinell Coherer de Branly Gravage de la voix Radio d'espionnage en vase Antenne verre 2 Objets identifiés Cellule - Kl.Pz.641 Oscilloscope bizarre Support à identifier Télégraphe oxyde de fer Le Périkon Vibreur VB16 Selsyn Radar RCA Radio SFR SG4 Ban Radio-Controle-OP72 Antenne pantographe pour SEG2 Spectroscope Klystron WL-417-A

Késako ?  Nous cherchons de l'aide pour connaitre le principe de fonctionnement de cet oscilloscope de 1944  - Photo venant du Musée Vincent de Sainte-Croix-aux-Mines dans les Vosges.

Mise en ligne le 17/4/2010 - Première explication recue le 5/7/2010 puis Monsieur Vincent du Musée de de la Radio Saintes Maries aux mines nous apporte tous les détails sur cet appareil suite aux premiers renseignements recues. Voilà un mystère Kezaco levé. Merci à tous

Merci d'avance pour vos infos sur ce lien email

Notre problématique est en rapport avec cette aiguille qui sort de ce qui devrait être un tube cathodique...  D'origine, transformation ?

Ce matériel a été construit suite à une commande datant de  1944 pour le Signal Corps


Peut-être un début d'explication reçue de la part d'un internaute que je remercie:

Il me semble que le tube cathodique utilisé est une construction spéciale utilisée dans le radar SCR 584 de l'US Army. Ce radar de tir (que je connais, et je dois encore avoir sa doc technique) a été utilisé aussi en France et en Belgique, jusque vers l'année 1960.

Le tube cathodique possède une électrode placée exactement au centre de l'écran. C'est une tige métallique qui plonge au milieu des quatre plaques de déviation électrostatique.

Un balayage circulaire est obtenu en appliquant un signal sinus déphasé aux plaques de déviation, ce qui provoque l'apparition d'un cercle : figure de Lissajou (en l'absence de signal sur l'électrode du centre de l'écran). Couleur du phosphore : vert.

Cette électrode est alimentée par un signal vidéo de polarisation négative issue du récepteur du radar.

Les échos radar obtenus du récepteur apparaissent comme des impulsions (créneaux de 0.7 microseconde ) qui élargissent temporairement le cercle du balayage. Leur position, prise par référence avec l'impulsion de départ du radar, donne la distance de l'avion.

Une copie du radar SCR 584 a été réalisée par ACEC (Charleroi). Auquel une modification intéressante a été apportée : il s'agit d'un système de poursuite automatique de l'indication de distance.

Le radar d'origine possède aussi un système de poursuite automatique en azimut et site, ainsi qu'une autre présentation oscilloscopique PPI.

Pour en revenir à l'Oscilloscope transformé, la date de fabrication indiquée me suggère une application connexe à ce radar : un des premiers équipements IFF, qui était une "annexe" au SCR 584. Il s'agit peut être des premiers essais ??? Ou encore une application à la poursuite du transpondeur statique de ballons sonde météo.

Enfin, comme il se doit, l'ensemble de ce matériel ne comportait AUCUN semi-conducteur, à l'exception d'une diode à pointe d'or utilisée en mixer du récepteur.

Monsieur Vincent du Musée de Sainte Marie Aux Mines (Vosges) nous fait parvenir ce document provenant de l'école technique de Rochefort sur cet indicateur.


Vos commentaires sont les bienvenus, ou si vous avez un autre objet extraordinaire à nous faire partager


Actuellement à découvrir:



Accueil Remonter